Les Missions portées par les Bons Enfants Terribles 

  • L’action culturelle, la médiation culturelle et l’éducation artistique et culturelle ;

  • L’entraînement et la formation des artistes de rue ;

  • L’ambition d’un festival itinérant des arts de rue ;

  • Le développement de projets : formation des artistes, ateliers de recherche et laboratoires, soutien à la diffusion et à la production ;

  • le développement des collaborations avec le monde de l’entreprise.

Nos Priorités

La ruralité, comme une caractéristique centrale du territoire visé par le Festival, est aussi l’un des facteurs habituels d’éloignement entre la population et les offres artistiques et culturelles.

La qualité des projets, tant en terme de choix des actions et des intervenants, que dans la pertinence avec laquelle ils prendront place dans la vie locale. 

 

L’interaction, comme essentielle à l’idée de partage et de liens qui se tissent autour d’un événement.

 

L’accessibilité à tous les publics, L’ambition du Collectif de s’adresser à tous les habitants du territoire, se marque aussi à travers la politique tarifaire avec, selon les cas, accès libre, à prix libre ou tarif modéré.

La complémentarité avec les acteurs existants sur le territoire, en contribuant aux initiatives collectives. 

 

Le temps, comme une donnée fondamentale de la construction des projets : prendre le temps d’être présent pour imaginer, réaliser et profiter ensemble. 

En pratique

 

Invitation de spectacles en diffusion

Au-delà d’organiser une représentation, inviter une équipe artistique pour un soir ou une journée est un moyen de créer une émulation, de favoriser les rencontres et la connaissance réciproque.

Organisation de résidences artistiques

La mise en lumière du processus de création peut être un formidable moteur d’intérêt pour le public.

 

Médiation

Les temps de création ou de représentation sont parfois complétés par des temps de médiations artistiques. 

Pratiques amateurs

Le collectif organise ou soutient des ateliers de pratiques amateurs depuis ses débuts (ateliers d’écriture, de danse, de lightpainting...). C’est une forme de mobilisation, d’implication des habitants qui trouve son aboutissement avec la confrontation au public.

Créer des événements forts

À partir des échanges avec les habitants, définir des thématiques suffisamment fortes pour devenir l’objet d’une programmation de plusieurs propositions artistiques, sur une ou deux journées.